SOLEDADES

Soledad au singulier est aussi un prénom de femme et une chanson de Léo Ferré (La solitude). Si la solitude est par moments un état qui nous rend très forts, et qui est nécessaire pour se retrouver, elle est aussi quelque chose qui peut tomber dessus comme une guillotine, dans ce monde où l’exclusion des êtres se multiplie et se propage comme une épidémie. Chômage, manque d’écoute, honte de montrer sa propre détresse, personnes obligées de s’arracher à leur lieu d’origine pour des raisons économiques ou politiques. Il existe des tas de raisons d’être confronté a des solitudes obligées, que l’on subit comme une tempête, à laquelle on a beaucoup de mal à faire face.

Comment faire pour traduire ce malaise dans une œuvre ?

Cette partie de mon travail est très difficile. J’ai toujours peur de tomber dans des clichés, et mon but est de rester le plus sobre possible parce que dans la sobriété et la simplicité le travail peut être beaucoup plus fort. Aller a l’essentiel sans anecdote me paraît indispensable, dans mon œuvre. Peu de couleurs, formes fragmentées, sont l’essentiel de la partie Soledades.

Lola Granell 2005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.